Ross Dawson’s Second Edition of “Getting Results From Crowds”

book cover photo

Ross Dawson, one of the most active (and objective) promoters of crowdsourcing, has recently announced the launch of the second edition of his book, Getting Results From Crowds, co-authored with Steve Bynghall. I already have the first edition, but purchased this one anyway as it has three new chapters about possible applications of crowdsourcing: Crowdsourcing for small companies vs. big corporations, crowdsourcing for marketing, and crowdsourcing for media and content. Here’s a very brief review of the book. Continue reading →

Advertisements

Louis Le Duff à La Voix Est Libre (FR3 Bretagne), samedi 31 octobre

Au Centre des Congrès d'Angers, le 2 octobre 2009

Louis Le Duff (promo 70, à gauche) lors de la soirée-débat du centenaire de l'ESSCA

Quand on lui demande quel a été le principal handicap qu’il a du surmonter au début de sa carrière :

je parlais pas bien français, je parlais trop breton et les gens me comprenaient pas

Quand on lui parle du Canada (où il a fait un MBA à Sherbrooke) et des Etats-Unis :

“je suis parti avec cet esprit : trouver une idée qui n’existait pas encore en Europe

Quand on lui parle d’auto-entrepreunariat :

“tous les français veulent de la sécurité, de la rentabilité et de la liberté

l’auto-entrepreneur, c’est la libéralisation de l’esprit d’entreprise

Quand on lui parle de pionniers :

tout inventer, comme Bill Gates, comme Yves Rocher (originaire de La Gacilly, dans le Morbihan)”

Quand on lui parle de passion :

je fais ce que j’aime avec beaucoup de passion, comme un sportif

Quand on lui parle de l’actualité chez France Telecom :

Ford disait «prenez-moi mes usines, prenez-moi mon argent, mais laissez-moi mes hommes, et je rebatirai mon empire» et bien ça s’applique à moi, ça s’applique aussi à France Telecom

en tant que marin breton, je dirai que l’écart se creuse entre les bons et les mauvais en cas de tempête, c’est pareil pour l’entreprise

Quand on lui parle du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes (dont il est partisan) :

aujourd’hui, nous exportons nos cochons, les meilleurs cochons. Et bien de la même manière, nous exportons nos meilleurs cerveaux : 2/3 de nos diplômés partent hors de la Bretagne

Ca me permettrait de rapatrier le siège social,  totalemnt, à Rennes

Vous savez, moi aussi (comme l’agriculteur qui l’interpelle) j’ai une ferme de 50ha, je fais du bio, et je suis très nature

Quand on lui demande de choisir entre Bernard Hinault et Louison Bobet :

Certainement Bernard Hinault

Being Product Manager in the bicycle industry

Aaron Mock, PM for Gary Fisher, presents a 29" wheelset

I often get asked what I’d like to do after graduating from ESSCA, hopefully with a succesfull marketing degree ! A very popular choice within the graduees is product management, starting as junior product manager for example. I started monitoring sport business websites and other comparable feeds related to the cycling industry and came across a couple of very interesting articles and interviews. TheProduct Manager is the “father” of a product, which means that he manages the life-cycle of a product (or range of products) from the cradle onwards. Trek’s product manager for women bikes, Heather Henderson, tells BikeRumor.com thata product manager determines what product will go to market for any given segment. But the bicycle industry seems to show some particularities. More after the break…

Being Product Manager is, as I said, like being a father. Actually I’m not a father and it’ll take me a couple of years before I will, but the comparison seems eloquent to me. A product idea can arise from different sources : a pionneer who spots an unsatisfied need (Mike Sinyard, Specialized founder, invented the mountainbike), a technological breakthrough (same example) or just a company brainstorming aimed to give a lift to an ageing product portfolio (think about the mountain-bike forks of Cannondale, Headshock and Lefty).

Product development involves working with engineers on new concepts or news materials, testing etc. Here is what Tyler Pilger says about his job as Road, Triathlon and Cyclocross Product Manager for Trek : “I work with a team of Industrial Designers and Engineers to determine future projects and current specifications. We do a lot of research both inside and outside the bike industry“. Concerning this “research“, Tyler Pilger says that the major fields of inspiration for his team are automotive, motorcycle and consumer electronics industries. A very succesfull bike here in France, the Triban Road 5, developped and sold by sports retailer Decathlon, was inspired byNYC messengers according to one of the company’s product managers.

Triban p/b B'twin Cycles-jpg

A product manager needs to work with all kind of media to get his products to the customer. Not only to launch a new bike, but also to “bring in new customers from other areas” as Specialized PM Nic Sims explains. For iinstance, he works “with a lot of  motorsport athletes to try to build awareness for Specialized in other non bike related magazines and at events like Moto GP etc“. I wouldn’t have thought about this aspect spontaneously, but it’s interesting to notice indeed. I had other events in mind like stage races, interviews or trade shows. Nic Sims says that visiting this kind of events is essential for the brand to show that Specialized is passionate and involved… well that’s a minimum.

Product promotion, even outside of the traditional markets-jpg

But being a product manager not only requires creating and launching products targetting specific consumer groups. The manager also has to ensure a valuable service to every single customer in particular by selecting points of sale. That’s what the French distributor of the Swiss brand BMC (Bicycle Manifacturing Company) explains to B2BIKE : “we seek retailers that focus on high-end products, that have strong technical competence and a valuable sales surface that can present several products. Financial strength of the retailer is also essential. BMC bring commercial and technical support (a dedicated catalog, POP, wingflags, stickers etc.)“. This support is very important for the retailer, whose success depends on the attractivity of the store and on the ability to respond to customer’s needs.

Within the Specialized marketing department, there are 16 people working on different fields like web content (corporate website, social media etc.), promotion (in print ads, TV spots etc.) or retailer supply. And while the promotion of the 2009 product range is still going on in stores, the team has to to manage the 2010 range (presentation in mid-2009) and allready work on the products of 2011 and beyond. At Trek’s HQs in Waterloo, the schedule must be quite similar. Heather Henderson, who is quoted in the introduction, details her  activities : “Some days it means I get paid to sit at my computer and talk on the phone about production issues and model details, some days it’s sitting through extensive meetings, some days it’s meeting with dealers, other days it’s research travel to check out market segments or specific events“. And being a product manager seems to be a 24/7 job, because what stands out is that they are always on the look-out for ideas : “I take tons of pictures when I’m out and about to articulate ideas to my colleagues“.

As Nic Sims says, sports marketing (sponsorship) represents “a very large budget as we have a lot of pro road teams and individuals to support“. Specialized is one of the most notorious brands in the pro and amateur peloton. For instance, the red “S” is almost more visible than the “Quick Step” logo on the team apparel, as the following picture of Tom Boonen shows. According to Sean McLaughlin (oncyclingnews.com), the squad is one of the most valuable teams to sponsor in a marketing point of view : “The perceived market value among ProTour teams varies dramatically“. Whatever McLaughlin says, this kind of sponsorship should ad up to an estimated mid-rande seven figure sum !

Specialized shows off its wide and deep product range-jpg

Sponsorship not only provides visibility to the brand. The product managers has to collect the rider’s feedback on bikes and equipment in order to continuously improve existing products and to develop new ones. Specialized is “dealing with the best athletes in all sorts of fields and hopefully people can feel the improvements that are being made“. Sure they can. At Trek Bikes, they “have a team liason named Ben Coates whose full time job is to interact with the Astana team and get feedback on equipement“. Combined with thefeedback coming from retailers and customers, the product manager has to find a compromise between technology push and the demand pull to drive innovation.

How do you get to these jobs? Some have a business degree, some have studied art at university and others don’t even have a degree. The common thing about all of them is that they all worked in the cycling industry before getting the job, either working themseves up the hierarchy (Nic Sims started as a bike mechanic in an English store that sold Specialized) or meeting people at races or events (Chad Price, urban bikes PM for Trek, was a semi-pro in the US and France). When asked to Nic Sims how you can start in the business, the answer is as follows : “check out the website Specialized.com and contact our HR department or if you know someone in the company that can pass along a resume to the right people“. Tyler Pilger (black shirt, in the background of the following pic) from Trek stays vague as well,  saying “through some fortunate happenstance, I ended up at Trek“. Ok we get it…

Lance Armstrong checks his bew bike, the PM is in the shadows-jpg

Links :

  • What it’s like… Specialized Global Marketing Manager Nic Sims, interview published August 17, 2009, on BikeRumor.com
  • What it’s like… Trek Bikes product managers, interview published June 12, 2009, on BikeRumor.com
  • Interview de Paul Didier, Responsable BMC France, interview published June 23, 2009, on B2Bike.com
  • Interview of Olivier, City Bikes product manager for Decathlon, published February 11, 2009, on JePedale.com

Johan Le Bon, breton plein de promesses

Champion du monde junior 2008

Courtisé par Garmin et Quick-Step, Johan Le Bon signera en ce 24 juillet son premier contrat pro au sein de l’équipeBretagne-Schuller. L’équipe bretonne qui court en Continental (équivalent de la 3è division européenne) accueillera donc le grand prodige du cyclisme français dans ses rangs juste après les Championnats de France de Saint-Brieuc, ville dont il est originaire. Une occasion rêvée de remporter le titre Espoirs pour ce jeune homme de 19 ans qui privilégie ainsi la progression et l’apprentissage aux sirènes de l’argent qui provenaient de Belgique ou des Etats-Unis.

Alors qu’il sort tout juste des rangs juniors, Johan Le Bon domine déjà de nombreuses courses de 1è catégorie (dernier niveau avant les professionnels) et internationales Espoirs. Au sujet de sa prestation à la Flèche Wallonne Espoirs 2009, le site actu24.be parle “du Tricolore qui réalise démonstration sur démonstration dans les côtes du parcours” . Le jeune homme avait signé en 2008 un pré-contrat avec Bretagne-Schullerpour pas que je signe ailleurs“, comme il dit lui-même. Alors qu’il ne devait passer professionnel qu’en 2010, ses résultats et la bonne entente avec l’équipe lui permettent de signer son contrat dès cette semaine dans la salle de presse des Championnats de France de cyclisme, à St Brieuc. Le contrat devrait le lier à la formation créée en 2005 par l’industriel Jean Floc’h, jusqu’en 2011.

C’est l’année dernière, en 2008, que le jeune Breton s’est construit un palmarès mondial en gagnant presque tout ce qu’il y a à gagner chez les  – de 18 ans. Sous les couleurs de l’UC Briochine, il remporte d’abord des courses régionales, se distingue sur des fédérales juniors pour ensuite exploser au niveau mondial :

Champion du Monde Juniors à Cape Town (Afrique du Sud)

Johan Le Bon passe la ligne

Champion d’Europe Juniors à Arrona (Italie)

Champion d'Europe juniors 2008

Victoire à la Classique des Alpres Juniors (course organisée par ASO, organisateur du Tour de France)

Victoire dans un temps exécrable

Victoire obtenue de haute lutte

  • Victoire à la Ronde des Vallées Juniors
  • 3è aux Championnats du Monde Juniors de contre-la-montre
  • 3è du Tour d’Istrie, internationale Juniors (Italie)
  • etc.

Sacré Vélo d’Or Junior 2008 par le magazine Velo Magazine, il décrit lui-même sa saison comme “formidable“. On voit ci-dessous l’ancien professionnel Salva Vilchez (VC Pontivy) se désoler de “devoir battre” Johan Le Bon lors de la 11è étape de la Ronde Finistérienne, à Kernouès.

Défaite au sprint face à Salva Vilchez

Depuis ses débuts en Espoirs (18-23 ans) cette année, Johan Le Bon a confirmé les attentes placées en lui puisqu’il se place sur les classiques bretonnes et sur d’autres courses du calendrier national et international. Dans l’ordre, cela donne :

  1. Troisième sur la Flèche de Locmine, remportée par Salva Vilchez que l’on voit ci-dessus
  2. Victoire à Plaintel-Plaintel
  3. Victoire à l’Etoile de Tressignaux
  4. Troisième du Chrono d’Or, épreuve réssemblant les meilleurs coureurs amateurs de contre-la-montre en France
  5. Victoire au contre-la-montre du Loire-Atlantique-Espoirs le 17 mai
  6. Victoire au classement général de la Coupe des Nations Ville Saguenay (Coupe du Monde Espoirs)

Ce Breton pur et dur (plat préféré : crêpes et cidre!) a un sens inné de la course et le talent de pouvoir transformer toutes les situation en victoire, ce n’est pas pour rien qu’il affirme être contre l’utilisation des oreillets dans le peloton. Son pèreDominique, ancien professionnel au sein de l’équipe La Redoue-Motobécane, le conseille dans sa jeune carrière et l’aide à gérer les nombreuses sollicitations auxquelles il doit faire face. Aujourd’hui propriétaire d’un magasin de cycles près de Lannion, Dominique Le Bon équipe son fils de vélos sur mesure de la marque maison Slancio. Ce partenariat informel prendra fin dès juillet où Johan Le Bon devra rouler sur les vélos MBK de son équipe professionnelle.

Le Bon et Joël Blévin

Sur le vélo, sa classe impressionne bon nombre de ses adversaires, et profitera sans aucun doute à l’équipe Bretagne-Schuller qui évolue un peu sous l’ombre de l’autre formation bretonne, Besson Chaussures-Sojasun, depuis le début de l’année. Excellent rouleur, redoutable grimpeur et très solide dans les courses par étape, Johan Le Bon se dit râleur et éternel insatisfait : cela nous rappelle un certain Bernard Hinault

La puissance des nega-watts : Amory Lovins

C’est à l’occasion de la promotion de la version française de son livre Natural Capitalism qu’Amory Lovins est de passage à Paris. Il fait partie des “80 hommes pour changer le monde” présentés par Sylvain Darnil (ESSCA)  et Mathieu Le Roux (HEC) dans leur livre paru en 2005, présentant des “Entrepreneurs pour la planète” dont Muhammad Yunus est un des plus connus. Encore un essayiste qui nous pompe l’air avec des théories de décroissance et des leçons de morale bien-pensée? Et bien non ! Explications.

Quelques-uns des clients du RMI

Tout d’abord, Amory Lovins n’est pas un “essayiste”. Le créateur et dirigeant du think-tank américain Rocky Mountain Institue est aussi physicien, inventeur, designer automobile, et surtout consultant. Il conseille en effet de grosses entreprises (Ford, Dow Chemicals, Boeing etc.) et de nombreux chefs d’Etat dont Barack Obama en éfficacité énergétique. Le magazine Time l’a récemment classé parmi les 100 personnalités de l’année à cause de son rôle de pionnier dans la lutte contre la dépendance énergétique mondiale, et bien entendu pour son influence économique et politique toujours croissante.

Empire State Building, NYC

Ensuite, l’auteur d’une trentaine de livres ne se borne pas à énoncer les vertus supposées d’une décroissance nécéssaire. En effet, son “acuponcture institutionnelle” se base sur le fait que les profits sont très étroitement liés aux économies d’énergie: “il faut échanger les mégawatts par des négawatts“. Peut-être a-t-il enfin trouvé une langue que les grands patrons américains comprennent, toujours est-il qu’ils l’écoutent. Ainsi, Wal-Mart a réduit la consommation de ses camions d’un quart, Dow totalise a économisé 9 milliards de dollars grâce à des investissement judicieux à hauteur d’un milliard de dollars il y a quelques années, Dupont a diminué ses émissions de CO2 de 80% par rapport à 1990 ! Ce sont ces “gisements de néga-watts” qui sont, selon lui, à l’origine de la croissance économique de l’avenir.

Car selon M. Lovins, la croissance économique n’est pas limitée : “croissance infinie de richesses matérielles, non. Mais une croissance infinie d’accomplissements humains, oui” confie-t-il à la journaliste Laure Noualhat dans l’interview qu’il lui a accordé il y a quelques jours [cdurable.info]. Il affirme que les Etats-Unis pourraient être auto-suffisants en énergie à l’horizon 2040… sans devoir abandonner l’American Way Of Life ! Puis, en faisant référence aux grandes religions, il précise bien la croissance économique n’est pas une fin en soi, mais qu’il doit bien servir “pour servir les hommes eux-mêmes”.

Bien qu’il soit en phase avec Nicolas Sarkozy, puisqu’il prône une réflexion sur la pertinence de nos indicateurs actuels, il fustige le modèle énergétique français dans son ensemble. Pour lui, l’avenir appartient aux “petites centrales électriques” et induit donc une décentralisation de la production d’énergie (alors que le France investit dans des centrales nucléaires de plus en plus grosses).

Amory Lovins

Encore une fois, ce ne sont pas des paroles en l’air. Dans sa maison du Colorado où les hivers sont rudes et longs, il fait pousser des bananes et des plantes tropicales grâce à une utilisation optimale des ressources naturelles (soleil, eau etc.). Sa facture énergétique ne dépasse pas 5 $ par mois, et l’été il vend son surplus d’électricité !