Local Motors : un cas de co-création dans l’industrie automobile


J’ai récemment lu Marke Eigenbau, un livre sur l’implication des consommateurs dans les processus de création de valeur de l’entreprise. Une des conclusions des auteurs est que l’avenir appartient aux entreprises capables de fédérer des communautés de “consom’acteurs” dans différentes étapes de développement et de promotion de ses produits/services. Mais les auteurs relèvent qu’il y a des secteurs plus propices à cette implication : les NTIC (Firefox, Wikipedia, Dell), l’habillement (NikeID, Spreadshirt) et même l’agro-alimentaire (MyMuesli, Brewtopia, Afri Cola). Cependant, le secteur automobile semble être un des moins propices à ce mouvement, principalement à cause de processus de décisions lourds et de l’implication de nombreux acteurs industriels très puissants (voir aussi cet article, en allemand, de Spiegel.de).

En 1999, un projet avait déjà vu le jour: le OSCar Project. L’objectif était de réinventer la mobilité en se basant sur les principes de l’open source, mais rien n’a été réalisé au-delà du stade de design. Une entreprise américaine, Local Motors, a aussi fait le pari du crowdsourcing (ou approvisionnement par la foule : faire appel aux compétences d’acteurs extérieurs à l’entreprise pour développer de nouveaux produits). Mais cette fois-ci, il y a un résultat concret :

car-rear-side

Prototype ? Véhicule de série ? Un peu des deux ; la logique de la production de masse ne s'applique pas ici. Photo de http://www.local-motors.com

Sur Studio Home, la plateforme de Local Motors qui rassemble les travaux de designers amateurs et professionnels, il y a actuellement plus de 60,000 projets en ligne. Il y a différentes “Competitions” en ligne, et le projet comptabilisant le plus de votes de la communauté est ajouté à la liste des “Future Vehicles”, il y en a aujourd’hui 11. Un des projets déposés en 2008 par l’américain Sangho Kim a aussi attiré l’attention de la communauté, et le véhicule vient juste d’être achevé, c’est le Rally Fighter montré ci-dessus. Ce premier modèle produit par l’atelier de Local Motors du Massachusetts sera livré à son propriétaire en novembre lors d’un salon automobile dans le Nevada. L’industrie met une demi-douzaine d’années pour développer un nouveau modèle ; Local Motors l’a fait en 2 ans !

car-designer

Le designer californien lauréat de la première compétition de Local Motors devant le Rally Fighter. Photo de Local-Motors.com

Pour aboutir à ce temps de développement très court, John B. Rogers (le fondateur et président de Local Motors, MBA à Harvard) applique un concept révolutionnaire dans le secteur : co-design du véhicule par une communauté d’internautes, assemblage de composants de série pour la production du véhicule et, surtout, une production décentralisée. Les “Future Vehicles” sont effectivement tous liés à une ville des Etats-Unis : la LM Michigan (Detroit), LM Boston Bullet ou encore la iByte (Hawaï). Selon “Jay” Rogers, un site de production ne coûterait pas plus de 250,000$ et une dizaine de personnes suffisent à produire localement les véhicules. Ça a marché pour le Rally Fighter, pourquoi pas pour les autres ?

portofolio

Extrait de la présentation de la Green Apple (Manhattan), designée par Julien Sarreméjean de Valenciennes. Photo de Local-Motors.com

Les clients (une centaine au jour d’aujourd’hui, la Rally Fighter #98 est disponible) ont même la possibilité de personnaliser leur véhicule via la couverture extérieure en vinyle du Rally Fighter. Pour ce faire, même principe : le client donne le prix qu’il est prêt à payer en plus des 50,000$ qu’il paye déjà pour la voiture, il définit un “mood board” qui reflète les goûts de ce client puis il n’a plus qu’à choisir une proposition – parmi celles de la communauté de designers de Local Motors.

Si ce marché explose, “Jay” Rogers explique que la production décentralisée n’aura plus de sens et qu’il délèguera la production, peut-être même à un des Big Three, puisqu’ils ont largement la capacité de production. Je suis curieux de voir si cela arrivera un jour, et s’il ne vaut pas mieux que Local Motors se concentre sur sa communauté de passionnés comme cible de marché. Les témoignages montrent des clients possédant déjà plusieurs voitures (sport, collection, tuning etc.) et enthousiastes de faire partie de cette aventure novatrice (Local Motors dit : “create a Wonka-like fascination with its products and methods”).  Local Motors s’est créé un Océan Bleu dans lequel les gros constructeurs sont incapables de le concurrencer ; pourquoi vouloir grandir et entrer dans ce marché hyper-concurrentiel ?

Advertisements

One Comment

  1. Votre cite et le meilleur c’est trop cool que lon puisse faire notre voiture car ça vous donne des idée pour ce qui veulent et puis ça vous permet de savoir si vos model son aimé.
    Flora 11ans

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s